Le guide de votre bien-être à domicile

Aide à la cuisine

Actualités

Cuisine de demain : des recettes à base de boulettes et bouillons

Tôt ou tard, l’insuffisance des ressources alimentaires et la quête obsessionnelle de la santé affectera notre façon de nous nourrir. Pour essayer de déterminer ce que seraient les grandes tendances culinaires de demain, une étude de 1200 pages a recueilli les réflexions d’une centaine de professionnels, grands chefs, chaînes de restauration, industries agroalimentaires, journalistes et blogueurs à travers dix pays (Allemagne, Royaume Uni, France, Espagne, Italie, Etats-Unis, Brésil, Chine, Japon, Turquie).

Le document de 1200 pages dispose également d’une vingtaine de concepts symbolisant les grandes tendances typiques de chaque nation.

Soupes et boulettes

Parmi les concepts les plus adoptés à travers le monde figurent la « Bowlangery », qui permet de choisir des boulettes de viande, légumes, poissons, falafels et keftas, et la soupe Pho, une sorte de bouillon originaire du Vietnam.

Initiée par Frédéric Loeb, directeur général du sommet mondial de la cuisine (World Cuisine Summit), cette recherche ouvre la voie à une toute première édition de cet événement qui se tiendra à Lyon en Janvier 2013 en parallèle avec le Sirha, le salon mondial de la gastronomie.

Le responsable confirme : « C'est la fin d'un cycle. Tout le monde a conscience de l'épuisement des ressources alimentaires, mais le consommateur est aussi de mieux en mieux informé, de plus en plus soucieux de sa santé et il veut manger mieux pour moins cher ». Pour ce qui est des tendances alimentaires, Frédéric Loeb ajoute : « Dans les années 80, on nous avait promis qu'on mangerait des pilules en combinaison de cosmonaute, on se retrouve dans une crise épaisse. Et en cas de crise, le superflu est la première chose qui disparaît, il faut l'intégrer dans la restauration. Et le plaisir n'est pas une tendance, c'est un prérequis ».

Des bouillons parisiens

Le défit réside dans le changement des comportements des consommateurs. Pour Frédéric Loeb, « Il va falloir concilier les paradoxes et réinventer l'écosystème de la restauration. Faute de matières premières, on va retourner à la cuisine frugale, dans laquelle on mange tout, on utilise les bas morceaux, les abats, on cuit les carcasses et on fait des bouillons, comme après la révolution française ». Il fait référence aux mythiques «Bouillons» parisiens du XIXème siècle. Ainsi, «De Paris à Pékin, l'autre grande tendance sera la boulette, végétale ou à base de produits recyclés et transformés par une industrie à l'image revalorisée».