Le guide de votre bien-être à domicile

Aide à la cuisine

Actualités

Quand les ordinateurs cuisinent !

IBM, le spécialiste de l’intelligence artificielle a mis au point un cyberchef, un ordinateur doté de créativité conçu pour réaliser des plats dignes d’un grand chef cuisinier. En tant que directeur de la recherche, Lav Varshney, confie que permettre à une machine d’avoir de la créativité est une tâche plus difficile comparé à la création de Deep Blue, le super-ordinateur d’IBM ayant réussi à vaincre Kasparov, l’ancien champion mondial des échecs.

Cuisiner, une tâche complexe

Les données statistiques rapportent qu’un chef cuisinier utilise plusieurs milliards de combinaisons différentes pour mettre au point une bonne recette. Pour le cyberchef, les plats seront réalisés suivant des théories sur nos goûts et nos préférences : « Cuisiner ce n’est pas comme jouer aux échecs. Un chef doit choisir ses propres ingrédients, non pas pour atteindre un but objectif (mater l’adversaire), mais pour arriver à un mélange complexe et subjectif de goût, de texture et de présentation ».

Trois bases de données

Dès le choix des ingrédients jusqu’au dressage du plat, l’ordinateur utilise 3 bases de données :

L’index de dizaines de milliers de recettes pour l’aider à comprendre (savoir ce qu’est une quiche).

Les éléments de psychophysique chargés d’évaluer nos goûts à partir des molécules de nos plats préférés (mélange de saveur).

La chimio-informatique chargée de mélanger les données citées auparavant : connexion des mélanges de saveurs et des aliments susceptibles de les contenir.

Après l’analyse de ces données, l’ordinateur réalise numériquement des plats qui prennent en compte nos normes culturelles et notre perception chimique de la nourriture. Ensuite, les plats seront classés en deux catégories : les plats goûteux et ceux qui sont innovants.

Pour une nouvelle perception de la nourriture

Outre le besoin d’innovation, les spécialistes comptent « modifier nos idées préconçues sur la nourriture » avec ce robot-chef. Ici, le but n’est pas de permettre aux ordinateurs de dominer l’homme mais de l’aider dans la lutte contre l’obésité en créant des plats goûteux, personnalisés et bons pour la santé.